Vous êtes ici : Accueil » Agriculture » Politiques et organisations » Agriculture ivoirienne

Agriculture ivoirienne : orientations et principales productions

Agriculture ivoirienne

D 12 octobre 2015     H 16:08     A     C 0 messages


agrandir

Moteur principal de l’économie ivoirienne, l’agriculture occupe une place centrale dans la vie des populations vivant en Côte d’Ivoire. Le secteur agricole qui sert de moyen de subsistance à plus de la moitié de la population, contribue à hauteur de 20% au produit intérieur brut et compte pour plus de 50% des exportations du pays.

Malgré son dynamisme dans les autres secteurs d’activités, le succès de la Côte d’Ivoire continue de reposer sur son agriculture. En plus de sa terre fertile, ce pays regorge d’énormes potentialités aussi bien matière de pêche, d’élevage que de cultures de rente. Sa production vivrière est surprenante malgré les faibles moyens alloués aux acteurs de ce secteur.

Politique agricole de la Côte d’Ivoire

A son indépendance, la Côte d’Ivoire a fait le choix de fonder son économie sur l’agriculture. Ce choix s’est traduit par une incitation des populations à produire des cultures de rente, notamment le café et le cacao. Dans la même dynamique agricole, ont été crées de nombreuses sociétés de développement agricoles comme la SODESUCRE (société de développement de la production sucrière), la SODEFEL (société de développement des fruits et légumes) etc.

Ces entités avaient la charge de promouvoir la culture de productions spécifiques. L’état ivoirien s’était également doté d’une société d’assistance technique et de mécanisation de l’agriculture. L’état avait une main mise totale sur le secteur agricole et contrôlait les prix d’achat et de vente des produits agricoles.

A la faveur de la crise économique de 1985 et du programme d’ajustement structurel dont a bénéficié le pays, l’état a peu à peu abandonné sa main mise sur le secteur agricole et procédé à la libéralisation de toutes les filières agricoles. La gouvernance des filières agricoles est aujourd’hui la responsabilité des acteurs du monde agricole ; l’état n’assurant plus que ses fonctions régaliennes de contrôle et de supervision.

Les principales productions agricoles de la Côte d’Ivoire

L’agriculture ivoirienne est extrêmement variée et diversifiée. Le pays produit aussi bien des cultures de rente que des produits vivriers. Les secteurs de la production animale et de la pêche, quoique moins imposants, ne manquent pas non plus de dynamisme.

Cultures vivrières

Les principales productions vivrières sont par ordre décroissant : l’igname, le manioc, le riz, la banne plantain et le maïs. A côté de ces principales cultures vivrières, on retrouve la patate douce, l’arachide, le mil, le sorgho et le fonio. Les cultures maraîchères comme l’aubergine, la tomate, le chou, le gombo, le piment et les échalotes sont également présentes. Le pays importe une grande partie du riz qu’il consomme. On estime à environ 2 millions de tonnes les importations annuelles de riz.

Les cultures de rentes

Les deux principales cultures de rentes que sont le café et le cacao procurent au pays 45% de ses recettes d’exportations. La Côte d’Ivoire est le premier producteur africain de café. Elle est également le premier producteur mondial de cacao et produit à elle seule plus de 35% de la production mondiale. En dehors du binôme café-cacao, les autres cultures de rente sont la banane dessert, l’ananas, le palmier à huile et l’hévéa pour la partie australe. Dans la région septentrionale, on retrouve le coton et l’anacarde.

La production animale en Côte d’ivoire

Le secteur de l’élevage est moins développé que celui des productions végétales. Le secteur avicole est le plus développé et le pays est autosuffisant en ce qui concerne la volaille. Par contre, le pays doit chaque année importer plus de 80% de sa consommation de lait, 50% de viande de bovin, 30% de viande de caprins et d’ovins et 45% de sa consommation de viande porcine. Le pays n’a pas une tradition d’élevage et les efforts entrepris par les autorités pour inciter les populations à se lancer dans le secteur de l’élevage ont eu des résultats plutôt mitigés.

La pêche ivoirienne

La Côte d’Ivoire importe près de 67% de sa consommation en poissons. La pêche se fait principalement de façon artisanale. Cette pêche artisanale se pratique notamment le long des côtes et sur les nombreuses lagunes et lacs que compte le pays. Il existe néanmoins un secteur industriel qui exporte notamment des conserves vers l’extérieur. L’aquaculture est présente, mais très faiblement développée.

Dans la même rubrique

26 octobre 2015 – CNRA

26 octobre 2015 – ANADER

26 octobre 2015 – FIRCA

26 octobre 2015 – ONDR

26 octobre 2015 – SODERIZ

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Rechercher