Vous êtes ici : Accueil » Agriculture » Politiques et organisations » CNRA

CNRA : histoire, fonctionnement, financement, acquis

CNRA

D 26 octobre 2015     H 18:14     A     C 0 messages


Le Centre de Recherche Agronomique, issu de la fusion de plusieurs structures de recherche hautement spécialisées, est le principal organisme de recherche agronomique en Côte d’Ivoire. Son savoir-faire l’a hissé, au bout de quelques années d’activité, au rang des instituts de recherche agricole les plus côtés du continent africain.

CNRA est en charge de tous les types de recherche agricole et agro-industrielle en Côte d’Ivoire. Son domaine d’intervention couvre les cultures pérennes, les cultures annuelles, la production animale (élevage et pêche), ainsi que la recherche forestière. Ses compétences s’étendent également aux systèmes de production et à la post-récolte (conservation et la transformation des aliments).

Histoire

Durant plusieurs décennies, la recherche agricole en Côte d’Ivoire était conduite par des instituts de recherche français. Après les indépendances l’Etat entreprend la restructuration de la recherche agricole et confie celle-ci à des structures de recherche très spécialisées comme l’Institut des Savanes (IDESSA), l’IRFA (Institut de Recherche sur les Fruits et Agrumes), l’IRHO (Institut de Recherches sur les Huiles de Palme et Oléagineux) etc. En 1998 toutes ces structures sont démantelées et leurs activités ainsi que leurs infrastructures sont confiées à une unique structure, qui prend le nom de CNRA. Contrairement aux structures précédentes, qui étaient détenues par l’Etat, le CNRA est une structure privée dotée d’un mandat public.

Fonctionnement

Le CNRA se compose de 13 stations de recherche réparties dans toutes les zones agro-écologiques du pays. Cinq de ces stations sont fortement axés sur l’expérimentation et de la recherche tandis que les huit autres mènent des recherches d’adaptation aux différentes conditions climatiques et pédologiques. CNRA détient environ 22 000 hectares de terres, dont environ 12 000 sont utilisées pour l’expérimentation ou de la production. Le reste est constitué de forêts ou terres agricoles en friche.

Financement

Le CNRA est une structure semi-autonome à participation publique minoritaire. Son capital initial de 500.000.000 de francs CFA est détenu à 40% par l’Etat de Côte d’Ivoire et à 60% par le secteur privé. Les actionnaires privés du CNRA comprennent les organisations professionnelles agricoles (OPA) avec une part de 31%, les agro-industriels avec une part de 20%, ainsi que la communauté scientifique, les services d’extension et le secteur financier qui détiennent chacun une part de 3%. Cependant les parts détenues par les actionnaires ne peuvent ni être vendues, ni cédées. Les dividendes générés par le CNRA ne sont pas non plus partagés, mais réinvestis.

Acquis

Après une courte période de flottement attribuable aux réaménagements, le CNRA est rapidement devenu un acteur incontournable de la recherche agricole en Côte d’Ivoire. En témoignent ses nombreux acquis et le nombre sans cesse croissant de partenaires, qui lui font confiance. Le CNRA est aujourd’hui le leader mondial de la recherche sur le palmier à huile. Il est l’auteur du « cacao Mercedes » une nouvelle variété de cacaoyer très précoce et hautement productive.

Ce centre de recherche a également mis au point de nombreuses variétés de plantes cultivées, qui font la fierté de la Côte d’Ivoire. L’une d’elles est sans nul doute l’arabusta, un hybride entre Coffea Canephora et Coffea arabica, qui associe la force du robusta à la saveur raffinée de l’arabica.

Dans la même rubrique

26 octobre 2015 – ANADER

26 octobre 2015 – FIRCA

26 octobre 2015 – ONDR

26 octobre 2015 – SODERIZ

26 octobre 2015 – Conseil du coton et de l’anacarde

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Rechercher