Vous êtes ici : Accueil » Agriculture » Productions » Cultures » Agrumes de Côte d’Ivoire

La production d’agrumes en Côte d’Ivoire

Agrumes de Côte d’Ivoire

D 29 octobre 2015     H 11:45     A     C 0 messages


Filière largement dominée par le secteur informel, la production d’agrumes en Côte d’Ivoire n’en est pas moins dynamique. En dehors des oranges et du citron, le pays produit également un certain nombre de variétés destinées à la production d’essences de parfum et d’huiles essentielles.

On regroupe sous le vocable « agrumes » un certain nombre d’espèces appartenant à la famille des rutacées. Les agrumes appartiennent aux genres Citrus, Microcitrus, Poncirus, Fortunella et Eremocitrus. Leurs fruits peuvent être consommés comme desserts ou servir à la confection de jus. L’écorce de ces fruits peut aussi servir à la production d’huiles essentielles et d’essences de parfum.

Les espèces d’agrumes cultivées en Côte d’ivoire comprennent l’oranger, le citronnier, le bigaradier, le bergamotier, le pomelo, le pamplemoussier et le mandarinier. Les variétés de citronnier recensées en Côte d’Ivoire comprennent les variétés Eureka et Lisbonne. Au nombre des variétés d’orangers on retrouve les variétés Valencia Lake, Moro, Pineapple et Hamlin. Trois variétés de pomelo sont cultivées en Côte d’Ivoire, à savoir les variétés Ruby, Thomson et Marsh seedless.

Caractéristiques

Les quantités d’agrumes produites sont difficiles à estimer, car la majeure partie de la production est commercialisée suivant des filières informelles. Les seuls chiffres disponibles sont ceux relatifs aux quantités usinées pour la production d’essence. La Côte d’Ivoire possède environ 5.000 ha d’agrumes en culture pure.

Ces plantations, le plus souvent associées à des complexes industriels, sont pour la plupart localisées à Abidjan, Divo, Yamoussoukro et Sassandra. On y cultive essentiellement des bigaradiers, des limiers, des citronniers et des bergamotiers. En dehors de ces superficies, les agrumes sont associés à d’autres cultures ou utilisés comme ombrage dans les villages et les centres urbains.

De 16.000 tonnes en 1986, la quantité de citrons usinée est passée à 21.000 tonnes en 1989, avant de retomber à 15.000 tonnes en 1990. La lime vient en seconde position avec une quantité usinée équivalente à 6.000 tonnes par an. Puis, viennent la bergamote et la bigarade avec des quantités respectives de 3.000 et 2.000 tonnes par an. En 2014, la quantité totale d’agrumes usinés était estimée à environ 87.397 tonnes. La Côte d’Ivoire est le second plus gros producteur de l’essence d’agrume la mieux valorisée, à savoir l’essence de bergamote.

Perspectives

Les centres urbains consomment, chaque année, d’importantes quantités d’agrumes. Cependant, mis à part les agrumes destinés à la production d’huiles essentielles, il n’existe aucune culture intensive d’agrumes de bouche. Les prix et les quantités fluctuent selon les saisons et il n’est pas rare, que les oranges, qui constituent les agrumes les plus consommées dans le pays soient importées des pays limitrophes afin de satisfaire la demande intérieure.

Cette situation est difficile à comprendre quand on sait que toutes les zones agro climatiques que compte la Côte d’Ivoire, sont favorables à la culture des agrumes. De plus le CNRA a mis au point des variétés très performantes et parfaitement adaptées au climat local. La production d’agrumes est donc un secteur économique aux potentiels sous-exploités, qui mériterait d’être mieux promu, au vu de tous les bénéfices que pourrait en tirer la Côte d’Ivoire.

Dans la même rubrique

1er décembre 2015 – Culture du palmier à huile en Côte d’Ivoire

1er décembre 2015 – Production cotonnière ivoirienne

1er décembre 2015 – Cultures de rente de Côte d’Ivoire

2 novembre 2015 – Avocat de Côte d’Ivoire

2 novembre 2015 – Papaye en Côte d’Ivoire

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Rechercher