Vous êtes ici : Accueil » Agriculture » Productions » Cultures » Cultures de rente de Côte d’Ivoire

Côte d’Ivoire : répartition géographique des cultures de rente

Cultures de rente de Côte d’Ivoire

D 1er décembre 2015     H 14:59     A     C 1 messages


La Côte d’Ivoire doit son dynamisme agricole aux cultures de rente, qui comptent pour plus de 40% de ses exportations globales. Ces spéculations dites de « rente » varient grandement d’une zone géographique à une autre.

La Côte d’Ivoire a, depuis son accès à l’indépendance, décidé de fonder son économie sur l’agriculture. Pour ce faire, les gouvernements qui se sont succédé ont encouragé l’adoption de cultures de rente par les populations actives rurales.

Politique agricole axée sur l’exportation

Les premières cultures à bénéficier de cette politique de promotion agricole furent le binôme café-cacao. Le gouvernement se lança par la suite dans une politique de diversification de ses exportations agricoles afin de se prémunir contre les aléas du marché des matières premières agricoles. Cette politique porta très tôt ses fruits, car la stabilité des prix, garantie par l’État, encouragea les agriculteurs à adopter massivement ces spéculations grâce auxquelles, ils pouvaient aspirer à un revenu régulier et stable.

Répartition géographique

Les spéculations de rente sont inégalement réparties sur l’étendue du territoire national. Si certaines cultures ne prospèrent qu’au nord, d’autres ont le sud ou le centre pour zone(s) de prédilection.

Cultures de rente du nord

Pendant longtemps le cotonnier demeura la seule culture de rente dans le nord du pays. Cette spéculation traditionnellement cultivée dans cette zone ne connu son développement en culture de rente qu’en 1926 avec la création fermes et de stations expérimentales. Cette production demeure à l’heure actuelle, la principale source de revenu des populations du nord. Le cotonnier fut plus tard rejoint par l’anacardier et la canne à sucre. Le premier est cultivé par de petits exploitants, tandis que le second est en grande partie exploité par des agro-industries. La mangue est une autre culture de rente cultivée majoritairement au nord, notamment à Sinématiali, Korhogo et Ferkessédougou.

Cultures de rente du centre

On retrouve également dans cette zone des plantations de cotonnier et d’anacardier et de manguiers, mais en nombre plus restreint. Le gros de la production cacaoyère provient actuellement du centre-Ouest, notamment de la zone de Soubré. Cette région forestière produit également du café, de l’hévéa et du palmier à huile. Le centre-est, où était autrefois localisée la boucle du cacao est aujourd’hui une zone de production d’anacarde et accessoirement de coton.

Cultures de rente de la partie sud de la Côte d’Ivoire

Les plantations de caféiers et cacaoyers qu’on trouvait en abondance dans cette zone ont été progressivement remplacées par d’autres cultures de rente. Au nombre de ces spéculations on trouve en tête l’hévéa dont l’adoption a connu un pic ces dernières années, en raison de l’embellie des prix d’achat aux producteurs. Le palmier à huile est l’une des spéculations phares de cette zone. Avec l’hévéa, il constitue l’une des principales productions du sud-ouest. Le sud-est est surtout une zone de production fruitière avec des spéculations comme la banane dessert et l’ananas. Le kolatier, dont la production est en déclin, est une autre culture de rente de la zone sud.

Dans la même rubrique

1er décembre 2015 – Culture du palmier à huile en Côte d’Ivoire

1er décembre 2015 – Production cotonnière ivoirienne

2 novembre 2015 – Avocat de Côte d’Ivoire

2 novembre 2015 – Papaye en Côte d’Ivoire

2 novembre 2015 – Cola de Côte d’Ivoire

1 Messages

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Rechercher