Vous êtes ici : Accueil » Agriculture » Productions » Cultures » Production de taro et de macabo en Côte d’Ivoire

Taro et macabo en Côte d’ivoire : Importance, caractéristiques, perspectives

Production de taro et de macabo en Côte d’Ivoire

D 26 octobre 2015     H 18:24     A     C 0 messages


Le taro et le macabo, plantes très souvent confondues, sont des aliments de réserve, qui ne sont consommés qu’occasionnellement. Cependant leur potentiel de production et leur rusticité en font des alliés de poids dans la lutte contre l’insécurité alimentaire.

Le taro Colocasia esculenta et le macabo Xanthosoma sagittifolium sont deux plantes fondamentalement différentes. Ces deux espèces végétales sont, à tort, réunies sous le vocable "taro". Elles se différencient notamment par le mode d’insertion de leurs larges feuilles cordiformes.

Chez le macabo, la feuille s’insère à partir de sa base, tandis que chez le taro l’insertion s’effectue au niveau du tiers inférieur de la feuille. En général les plants de macabo sont plus grands que ceux de taro. La différence s’établit également au niveau des parties consommées.

Chez le taro, c’est le rhizome principal (corme), qui est consommé, tandis que chez le macabo, ce sont les rhizomes secondaires (cormels) qui se consomment. Le rhizome principal du macabo est impropre à la consommation. Ces deux plantes rhizomateuses sont originaires de l’archipel polynésien. En Afrique, elles ont fait leur apparition en Égypte au début de notre ère, avant d’être disséminées vers les autres régions du continent.

Importance économique

La plupart des pays qui cultivent ces deux plantes sont des pays en voie de développement. La Côte d’Ivoire, troisième producteur africain en produit annuellement 350.000 tonnes. Cultures vivrières de second rang, le taro et le macabo sont essentiellement produits par des femmes, qui les associent à d’autres cultures vivrières telles que l’igname et la banane.

Dans les zones rurales, ces deux plantes servent d’aliment de soudure et de réserve. Ils sont consommés en attendant la récolte des principales productions vivrières telles que l’igname ou le riz. Leur pic de consommation n’est atteint qu’en période de disette. Bouillis, ils servent, la plupart du temps, au petit-déjeuner. Dans les grandes villes ces deux productions sont consommées braisées en tant que friandises. Les feuilles immatures de ces deux plantes sont également consommées.

Caractéristiques de la production

Le taro et le macabo ne poussent que dans les zones humides où la pluviométrie excède 2000 mm de pluie par an. En Côte d’Ivoire, ces deux plantes sont cultivées dans les zones forestières du sud-est et du centre-ouest. Le taro est avec la banane plantain l’une des cultures intercalaires, qui sont cultivées dans les jeunes plantations de caféiers et de cacaoyers. Les producteurs propagent ces deux plantes par le semis de bougeons latéraux ou de fragments de rhizomes. Les rendements dans les pays d’Afrique subsaharienne (6 à 8 tonnes/ha) sont très faibles comparés à ceux des autres régions (15 à 75 tonnes/ha).

Perspectives

Le potentiel de ces deux cultures très rustiques et hautement productives est largement sous exploité. Une modernisation des techniques culturales et le recours à l’irrigation permettront de booster la productivité. Ces deux plantes constituent une solution satisfaisante pour la lutte contre la sous-alimentation. Une promotion de leur culture et de leur consommation serait la bienvenue dans la lutte contre le déficit alimentaire auquel doit faire face la Côte d’Ivoire.

Dans la même rubrique

1er décembre 2015 – Culture du palmier à huile en Côte d’Ivoire

1er décembre 2015 – Production cotonnière ivoirienne

1er décembre 2015 – Cultures de rente de Côte d’Ivoire

2 novembre 2015 – Avocat de Côte d’Ivoire

2 novembre 2015 – Papaye en Côte d’Ivoire

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Rechercher